Pourquoi se battre pour les droits de l’enfant?

Au mois de septembre 2008, Mohamed ben Abderrrahmane Al-Maghraoui, ci-devant cheikh marocain, avait légitimé le mariage des fillettes, dès l’âge de neuf ans, en expliquant : « à neuf ans, une fille est souvent plus performante au lit qu’une fille de 20 ans».
Le mufti d’Arabie Saoudite Abdelaziz Al-Sheïkh, lui, s’est prononcé au début de l’année suivante (2009) pour le mariage des jeunes filles à partir de dix ans. Il cherchait ainsi à combattre les tentatives des libéraux voulant réglementer l’état civil de son pays, en interdisant notamment les mariages des mineures considérés comme des mariages forcés. Le 11 septembre 2009, une fillette yéménite de 12 ans, mariée de force, est décédée d’une hémorragie, alors qu’elle mettait au monde son bébé mort-né. Elle « avait été retirée de l’école et mariée de force à 11 ans par sa famille qui vit dans le besoin », rapporte l’Organisation yéménite pour la protection de l’enfance (Siyaj). Toutes ces pratiques sont justifiées par de savants docteurs musulmans qui expliquent qu’à l’âge de 52 ans, Mahomet, le prophète de l’islam, épousa Aïcha qui n’en avait que 6 ans et qu’il eut des rapports sexuels avec l’enfant lorsqu’elle eut atteint l’âge de 9 ans. Si en France, les droits de l’enfant ne sont pas toujours respectés comme ils le devraient, on mesure le combat qui reste à mener dans certains pays contre les chantres de la barbarie qui, sous couvert de religion, revendiquent l’inqualifiable.

 

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°950 ■ 19/11/2009

 

« Bienvenue sur le site de Jacques Trémintin, travailleur social qui n’a cessé d’écrire. Référent à l’aide sociale à l’enfance de 1992 à 2020, partie prenante de Lien Social de 1995 à 2023, contributeur au Journal du droit des jeunes de 1995 à 2017, pigiste dans le Journal de l’animation depuis 1999… l’accompagnement des enfants et familles, le maniement de la plume ou du clavier, l’animation de colloques ou de formations répondent au même plaisir de transmettre. Ce que fait aussi ce site, dont le contenu est à libre disposition à une seule condition : savoir garder son esprit critique et ne rien considérer d'emblée comme vrai ! »

Retrouvez les sites

du Journal de l’animation : www.jdanimation.fr
et de mon collègue et ami Didier Dubasque : www.dubasque.org