Parole donnée

LAE Jean-François, Éd. Syllepse, 2021, 144 p.

Les effets de sidération et d’impuissance, de peur et de panique provoquées par la pandémie a surtout pesé sur les plus fragiles : fermeture des guichets des CCAS et des CAF, couverture sociale trop courte, programmes sociaux en panne, fracture numérique invalidante, allocations qui n’arrivent plus, files d’attente devant les grandes surfaces, les postes et les distributions alimentaires. Les réseaux sociaux, des bénévoles et l’assistance des associations caritatives semblent avoir pris le relais

En lire plus

Les oubliés du confinement

DUBASQUE Didier, Éd. EHESP, 2021, 177 p.

L’impatience collective à nous sortir de cette pandémie risquerait bien de nous faire oublier les épreuves qu’elle nous a imposées. C’est pourquoi ce livre est essentiel : ce témoignage pour l’histoire constitue une balise de la mémoire auquel il sera toujours possible de se référer, à l’avenir. Didier Dubasque a procédé à une compilation méticuleuse qui, pour n’être certes pas exhaustive, n’en est pas moins des plus systématique. Reportages de presse, communiqués, tribunes, interviews, articles

En lire plus

L’agir pluridisciplinaire

DEPAULIS Alain, MOLAS Alain, NAVARRO Jean (sous la direction), Éd. L’Harmattan, 2021, 203 p.

Trop souvent, les disciplines restent fermées sur elles-mêmes, chacune ignorant les fondements et les logiques des autres. L’interdisciplinarité propose une intercommunication inédite qui les traverse, indépendamment et au-delà de leur cadre respectif. Cette reliance ne se réduit pas à un simple et stérile empilement de savoirs disjoints, ni à un mélange confus d’expertises. Pas plus qu’elle n’implique leur dénaturation. Faire de la clinique à

En lire plus

Quel monde associatif demain?

Patricia Coler, Marie-Catherine Henry, Jean-Louis Laville, Gilles Rouby, Collectif, Éd. érès, 2021, 191 p.

Le mouvement associatif propose une grille de lecture qui tourne le dos aux valeurs diamétralement opposées affichées par la dictature du marché et de la finance : protection sociale réduisant les inégalités contre logique néolibérale les creusant ; délégation de service public contre privatisation de la solidarité nationale ; démocratie, coopération et utilité sociale contre généralisation des principes de gestion comptable à l’ensemble

En lire plus

À quoi sert la philanthropie ?

MINOT Didier, Éd Charles Leopold Mayer, 2019, 203 p.

La philanthropie serait un engagement au service du bien commun. En fait, elle est fondée sur un paradoxe : soulager d’une main la misère qu’elle a créée de l’autre ! « Les riches ont toujours légitimé leur situation, en faisant preuve de générosité » rappelle Didier Minot (p.29). Il serait logique de concevoir que ces démarches caritatives travaillent à leur disparition. Elles ne font, en fait, que circonscrire les inégalités, pas de s’y attaquer : aucun de ces riches donateurs ne veut

En lire plus

Du social business à l’économie solidaire. Critique de l’innovation sociale

COLER Patricia, HENRY Marie-Catherine, LAVILLE Jean-Louis, ROUBY Gilles, Éd. érès, 2020, 331 p.

Si la conception dominante de l’innovation sociale consistait à approfondir toujours plus la démocratie, en intégrant de nouvelles formes d’expression publique des citoyens, salariés et usagers. Si elle avait pour ambition d’accompagner les initiatives et projets à vocation sociale, solidaire et écologique. Si elle était fondée sur la subordination de l’économie à des objectifs d’émancipation. Mais, ce qu’elle cherche à nous vendre, c’est

En lire plus

Il faut s’adapter. Sur un nouvel impératif politique

STIEGLER Barbara, Éd. Gallimard, 2019, 336 p.

Mais d’où vient ce sentiment diffus, mais généralisé, d’un retard impliquant la nécessité d’évoluer, en s’adaptant aux mutations d’un nouvel environnement instable, complètement changeant et ouvert ? Barbara Stiegler fait remonter la généalogie de cet impératif à l’américain Walter Lippmann. Sans y voir là l’unique source d’un néolibéralisme aux expressions multiples, elle met à jour une idéologie dont bien des discours contemporains semblent s’inspirer. La grande dépression des années 1930 avait

En lire plus

Régie de quartier et résilience

NORYNBERG Patrick, Éd L’Harmattan, 2020, 173 p.

Tout ce que le lecteur a toujours voulu savoir sur les Régies de quartier n’est bien sûr pas là, l’auteur n’ayant pas la prétention à l’exhaustivité. Mais, il pourra trouver sous la plume de Patrick Norynberg le récit enthousiaste et passionné de la naissance, de la croissance et du déploiement du « bébé » dont il est le fondateur et président. Voyant le jour à la fin des années 1990, la Régie du Blanc Mesnil a d’abord répondu, comme ses cent quarante consœurs réparties dans l’hexagone, à la

En lire plus

Le maintien à domicile. Une histoire transversale (XIXème -XXIème S.)

CAPUANO Christophe, Éd. Rue d’Ulm, 2021, 110 p.

L’obsession de vouloir réduire le coût de la dépendance des personnes âgées et handicapées, par leur maintien à domicile n’est pas récente. Les tentatives pour placer les publics les plus fragiles hors-les-murs ont prévalu depuis longtemps. Quand le capitalisme a imposé une nouvelle valeur humaine fondée sur la seule capacité productive de l’individu, les plus vulnérables n’ont plus eu de place dans le large éventail des activités économiques agricoles et artisanales. Ils sont devenus des

En lire plus

Un métier presque ordinaire - Paroles d’aides à domicile

BRICKA Blandine, Éd de l’Atelier, 2018, 159 p.

Voilà un métier qui souffre d’un intolérable manque de considération. Pourtant, confronté à la maladie, à la dépendance, à la fin de vie et à la mort, il déploie une impressionnante faculté d’observation et d’adaptation au fonctionnement singulier des personnes qu’il accompagne. Qui mieux que des professionnel(les) l’exerçant pouvaient décrire fidèlement leur quotidien ? En leur donnant la parole, Blandine Bricka rend hommage à leurs qualités hors-du-commun. Certes, travailler comme aide à

En lire plus