Le harcèlement moral - La violence perverse au quotidien

Marie-France HIRIGOYEN, Syros, 1998, 212p.

La psychanalyse, qui constitue en France l’école la plus influente en matière de thérapie, considère la victime du harcèlement moral au mieux comme complice au pire comme responsable (car identifiée au masochiste qui chercherait l’échec et la souffrance nécessaires à l’assouvissement d’un besoin de châtiment).  C’est peut-être la raison à la fois du retard avec lequel la victimologie a percé dans notre pays (admise comme discipline universitaire depuis 1994 seulement) et à la fois du succès de

En lire plus

L’intelligence d’un enfant - Méthodes et techniques d’évaluation

DEBRAY Rosine et coll, Dunod, 1998, 160 p.

Exclusivement réservé aux spécialistes, cet ouvrage est tout à fait hermétique aux non-initiés qui se risqueraient du côté des WISC-R, Némi, Figure de Rey, K-ABC et autre EPL qui constituent l’arsenal de nos collègues psychologues. Le jeune garçon de 10 ans qui s’est prêté à 4 de ces tests constitue la figure centrale de ce livre. D’éminents spécialistes se sont penchés sur son intelligence. Ils commentent à propos de « l’hétérogénéité dans les processus de symbolisation inscrite dans les aléas de la

En lire plus

Ces enfants qui tiennent le coup

Sous la direction de Boris Cyrulnik, Hommes et Perspectives, 1998, 120 p.

Nous avons tous rencontré ces situations étonnantes de fratrie partagée entre certains qui ont sombré sous la pression familiale et d’autres qui résistent et s’en sortent. Comment certains enfants arrivent-ils à se préserver quand leur milieu les agressent ? Certes, ils n’en sortent pas complètement indemnes, mais ils réussissent malgré tout à devenir des adultes à peu près équilibrés et épanouis. Et surtout,  ils ne s’inscrivent pas dans la reproduction sur leurs

En lire plus

Le toucher en psychothérapie

Pascal PRAYEZ, épi, 1994, 272 p.

C’est à partir de la double compétence de kinésithérapeute et de psychothérapeute que Pascal Prayez tente ici de concilier deux approches que l’usage présente comme incompatibles : la psychanalyse et le toucher. Le contrat en thérapie, explique-t-il, se base sur une inégalité de départ. D’un côté, l’usager est en plein mal-être. De l’autre, l’intervenant est censé posséder un savoir susceptible d’améliorer son équilibre de vie. Le transfert qui s’établit alors entre eux peut passer par la passion. Mais

En lire plus

Transfert et relation de sympathie

Jean AMBROSI, L’Harmattan, 1998, 150 p.

Chercheur en clinique expérimentale, Jean Ambrosi a consacré l’une de ses parutions aux éditions l’Harmattan à la question du transfert. C’est un ouvrage  très fluide qui s’appuie largement sur des vignettes. L’auteur tente une modélisation originale propre à renouveler la pratique psychothérapeutique. L’hypothèse de base de l’ouvrage consiste à présenter le transfert comme une constante à tout comportement humain. Décrit en premier par Théodule Ribot en 1896, puis repris par Freud et ses exégètes qui

En lire plus

L’ensorcellement du monde

Boris CYRULNIK, éditions Odile Jacob, 1997, 310 p.

On retrouve dans le dernier livre de Boris Cyrulnik l’enchantement qui a fait le succès de ses précédentes publications (tels “ Les nourritures affectives ” ou “ Sous le signe du lien ” voir Lien Social 272). Le cheminement suivi est parsemé d’illustrations souvent curieuses, d’informations parfois surprenantes et d’anecdotes toujours passionnantes tirées du monde du vivant qui viennent appuyer habilement la démonstration de l’auteur. Aborder un tel ouvrage, c’est comme ouvrir un grand livre

En lire plus

N’y a-t-il pas d’amour heureux? Comment les liens père-fille et mère-fils conditionnent nos amours

Guy CORNEAU, Robert Laffont, 1997, 297 p.

Guy Corneau, auteur québécois déjà connu pour son précédent « père manquant, fils manqué » nous propose ici une exploration des relations humaines à l’aune des théories de Jung. La base de sa démonstration part d’une dénonciation du patriarcat qui ne fait pas qu’opprimer les femmes mais aussi les hommes. Si les premières sont condamnées à la soumission, les seconds se voient confrontés au modèle du mâle héroïque et dur construit sur l’amputation du coeur et du corps, sur la répression de la

En lire plus

L’intelligence du coeur - Rudiments de grammaire émotionnelle

Isabelle FILLIOZAT, Edition J.C. Lattès, 1997, 340 p.

Notre civilisation judéo-chrétienne a inscrit depuis des millénaires dans notre éducation, la méfiance à l’égard de nos émotions que nous avons toujours été invités à réprimer. Il n’est pas admis de les montrer en public ou de les avouer sous peine d’être jugé comme non-conforme. Or, « les émotions ont besoin d’être libérées. Si on les garde en soi, elles nous oppressent » (p.40). Peur, colère, agressivité sont des expressions tout à fait saines de nos sentiments. L’angoisse, la honte ou

En lire plus

Comment gérer les personnalités difficiles

François LELORD, Christophe ANDRE, Odile Jacob, 1996, 345 p.

Votre mère vous sachant sur la route des vacances, vous et votre famille, ne vit plus. Pour la rassurer, il vous faut lui téléphoner à votre arrivée, puis lui donner de vos nouvelles tous les deux jours. Elle a toujours été comme cela. Jusqu’à votre départ de la maison familiale, elle a veillé sur vous: étiez-vous assez couverts en hiver ? N’aviez- vous rien oublié ? A quelle heure alliez-vous rentrer le soir ? Votre chef de service, quant à lui a une toute autre personnalité. Il

En lire plus

Savoir dire non, en famille, au travail, aux amis, en amour, au quotidien

Marie HADDOU, Flammarion, 1997, 223 p.

Opposer un non à une demande qui vous est adressée n’est pas chose facile. L’opposition joue pourtant un rôle essentiel dans la constitution de la personnalité. L’enfant y trouve la voie de l’autonomie et de l’individualité: c’est sa façon de prendre conscience de lui-même et de rentrer en relation avec le monde extérieur. Très vite pourtant, la docilité séductrice viendra remplacer la résistance systématique: c’est le meilleur moyen de plaire, d’être aimé et de préserver l’amour de ses parents. Adulte

En lire plus