Les décisions absurdes l’enfer des règles III : les pièges relationnels

MOREL Christian, Éd. Gallimard, 2018, 257 p.

La multiplication des règles est source d’absurdité. On s’en doutait. Christian Morel nous en fait une démonstration éclatante. Avec les 200.000 normes applicables aux collectivités publiques et les 20.000 pages de procédures techniques du Porte-avion De Gaulle, on n’est plus dans l’aberration, mais dans la démence. Les protocoles ainsi institués acquièrent avec le temps une inertie qui les fige, leur rigidité les rendant contre-productifs. Parce qu’ils semblent coulés dans le marbre, leur

En lire plus

Comment faire les bons choix

HEARTH Chip & Dan, Éd Flammarion, 2017, 377 p.

Quelles sont donc les mécanismes qui nous amènent parfois à prendre les mauvaises décisions ? Cet ouvrage ne se contente pas de nous aider à identifier ceux dont nous sommes si souvent prisonniers. Il propose des solutions pour les contrer. A commencer par cette fréquente erreur consistant à réduire à une alternative, quand il nous faut choisir. L’échec intervient dans 52 % des cas, lorsqu’il nous faut répondre par oui ou par non et n’intervient que dans 32 % lorsque nous avons plusieurs

En lire plus

Le pouvoir de la volonté

BAUMEISTER Roy F. & TIERNEY John, Éd. Flammarion, 2017, 464 p.

L’être humain agit souvent par réflexes ou poussé par ses intuitions et ses affects. Mais, il peut aussi s’appuyer sur une force inégalable dont chacun est doté : sa volonté. Quatre dimensions peuvent bénéficier de ce potentiel : des pensées mieux contrôlées, des émotions mieux gérées, des impulsions mieux régulées et des performances moins entravées. Les auteurs illustrent abondamment leur démonstration, en puisant dans le registre de la psychologie comportementaliste et

En lire plus

À l’épreuve du NON

JIANG Jia, Éd. Belfond, 2017, 232 p.

Derrière ce récit désopilant, se cache un contenu plus astucieux qu’on ne l’imagine. Qu’on en juge. L’auteur est paralysé par la peur du rejet, ne supportant pas que l’on repousse ses demandes. S’inspirant de la thérapie de Jason Comely, il décide de provoquer systématiquement les refus pour se désensibiliser progressivement à la douleur provoquée par le mot « non » ! Il nous entraîne dans un tourbillon de situations les plus cocasses les unes que les autres : demander une coupe de cheveux chez un

En lire plus

Je suis fou et vous?

 DEUTSCH Claude, Éd. érès, 2017, 264 p.

Claude Deusch nous propose ici un livre à la fois érudit et dense, mais toujours passionnant. A travers une rétrospective historique et philosophique, il distingue trois périodes historiques dans la perception de la folie. La première, qui a été la plus longue, a répondu à la peur sociale en stigmatisant la souffrance psychique et l’excluant du droit commun. Elle a infériorisé et disqualifié les fous en les renvoyant à la déraison et au désordre, à l’inefficience et à la déresponsabilisation. La

En lire plus

Psychiatrie, hôpital, prison, rue

SANLAVILLE Dominique, Éd. Chronique Sociale, 2019, 143 p.

La création de la psychiatrie de secteur, à partir des années 1970, avait pour ambition de faire sortir l’hôpital hors de ses murs et de permettre une continuité des soins sans qu’ils soient conditionnés par l’internement. Mais, vider les asiles impliquait de développer parallèlement les hospitalisations à domicile et hôpitaux de jour, les centres médico-psychologiques et Centre d’activité thérapeutiques à temps partiel susceptibles de prendre le relais. Mais, la fermeture de 50 % des

En lire plus

La révolte de la psychiatrie

BELLAHSEN Mathieu et KNAEBEL Rachel, Éd. La Découverte, 2020, 240p.

Les forces néolibérales, à l’œuvre depuis les années 1980, n’ont eu de cesse que de soumettre toute la société à la norme de la concurrence. La psychiatrie n’y a pas échappé. C’est en 1968 qu’elle s’était émancipée de la neurologie, en affirmant une identité privilégiant la relation, l’émancipation du sujet, la démocratisation des rapports entre patient et institution et la promotion de la dimension humaniste du soin. Les auteurs nous décrivent la descente aux enfers

En lire plus

Animaux homos

DAUGEY Fleur, Éd. Albin Michel, 2018, 169 p.

L’une des constantes de l’histoire de la civilisation occidentale est d’utiliser ce que l’on croit savoir de la nature pour en faire un étalon du bien et du mal. D’où l’argument de certains pour justifier la criminalisation de l’homosexualité : son prétendu caractère contre-nature. Mauvaise pioche ! Cette pratique sexuelle est documentée chez 4 714 espèces animales sauvages et 19 espèces domestiques. Il n’y a là rien d’étrange, ni d’insolite. Ce n’est, en outre, ni une exception, ni un évènement

En lire plus

L’amour individualiste

NEYRAND Gérard, Éd. érès, 2018, 237 p.

La norme conjugale se meurt. Le couple ne constitue plus la condition indépassable d’une vie normale et d’une intégration sociale réussie, ni le préalable à la bienséance, à l’équilibre psychique et à la bonne moralité. Cette désinstitutionalisation est le produit de l’autonomisation de la sexualité par rapport à la procréation, de l’égalisation des places et de la sentimentalisation des relations. Les contraintes des garde-fous sociaux qui enserraient l’institution du mariage dans une inconditionnalité

En lire plus

Les nouvelles hétérosexualités

WELZER-LANG Daniel, Éd. érès, 2018, 203 p.

L’hétéronorme est le logiciel donnant aux hommes et aux femmes une matrice fonctionnant comme mode d’emploi de la conformité des corps et des postures sexuelles. Cet hétérosexisme impose un contrôle social en assignant des places qui correspondent aux catégories de genres. C’est justement cette promotion incessante de la supériorité de l’hétérosexualité qui légitime l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie ou la biphobie ...

Daniel Welzer-Lang nous propose ici une présentation quelque peu

En lire plus